Mettre le temps en question

Notre travail interdisciplinaire procède d’un questionnement sur la temporalité des objets techniques. Les innovations techniques s’inscrivent dans le temps historique des sociétés et des cycles économiques tout en mobilisant des forces et des matériaux tirés de la nature. Comment les temporalités propres à chacun de ces domaines – nature, technique et société – interfèrent-elles ? Cette question oblige à croiser l’histoire, la philosophie et la socio-anthropologie des techniques avec les théories de la conception, l’étude du design ou de la conception des innovations ou encore celle de la formation des ingénieurs et des experts.

On parle de « développement durable », de « transition énergétique », d’ « innovation de rupture », d’« énergies renouvelables », d’« économie circulaire », de « temps réel », de « traces numériques »… Chacune de ces expressions à la mode engagent une référence au temps. Mais de quel temps s’agit-il ? Comment faire se rejoindre les concepts d’innovation, assimilé depuis Francis Bacon à une idée de rupture, et celui de soutenabilité, fondé, en son principe, sur l’agencement du continu et la préservation du durable ? Que faire du concept de « conception de l’inconnu » que développent les théories de la conception et les professionnels de l’innovation ? Comment concilier la temporalité de l’innovation et celle du maintien dans l’existence des objets et des systèmes techniques (maintenance, préservation du patrimoine, recyclage), la capacité de nos sociétés à se réinventer et l’entretien du fonctionnement du monde commun ?

Les techniques s’enracinent dans des durées très hétérogènes et contribuent à leur tour à projeter de nouvelles durées (récits évolutionnistes, imaginaires de science-fiction, nouveaux média, feuilles de route, promesses, attentes, craintes, espérances) qui remodèlent l’expérience subjective et collective du temps. Les techniques contemporaines nous confrontent souvent à des objets qui chevauchent les échelles de temps : inscrits dans le présent – et même pour la plupart dans le jetable et l’éphémère – ils persistent néanmoins dans l’existence bien au-delà des projets de leurs concepteurs. Simultanément, de nombreux usages de techniques anciennes perdurent et cohabitent avec les formes nouvelles. Le monde contemporain apparaît ainsi davantage comme un palimpseste de temps multiples que comme le produit d’un front d’innovation allant sans cesse de l’avant.

Il s’agit donc d’étudier les techniques sous l’angle de la multiplicité des échelles et des figures du temps dont participe leur inscription dans le monde. Les objets techniques constituent en effet des points de tangence entre des temporalités multiples, historiques, socioculturelles et naturelles (des rythmes du corps aux cycles de la Terre). Les ingénieurs, les concepteurs et les designers sont confrontés à l’accélération – technique comme culturelle – de l’obsolescence, tandis que nos actes et de nos choix techniques déploient leurs conséquences de plus en plus loin dans le temps (épuisement des ressources, changement climatique, durée des déchets, transformations anthropologiques à long terme). Le renouvellement tous les cinq ans des logiciels et des supports matériels de lecture met en péril la mémoire des individus, des institutions et des États (comme l’a montré le cas célèbre des archives illisibles de la NASA). Dans quelle durée civilisationnelle s’inscrivent de tels artéfacts ? Avec l’essor du « big data » ou encore de la médecine génomique, nos sociétés projettent de plus en plus leur futur dans des traces. Le futur, en tant qu’horizon à la fois désiré et obligé des temporalités humaines, individuelles et sociétales, revêt ainsi des représentations contradictoires – éternel présent dans le cas de la soutenablité, éternel remaniement dans le cas de la conception innovante.

Pour penser l’innovation dans la durée, il faut donc accepter de mettre le temps en question, de s’interroger sur la dynamique temporelle des innovations, de la conception et de la construction des objets, tout comme sur leur durabilité sous ses multiples formes : durabilité des ressources, durée de vie et d’usage, et du devenir des objets après le temps de leur usage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *