e-Phaïstos, revue d’histoire des techniques

e-phaistose-Phaïstos est une revue en ligne bi-annuelle d’histoire des techniques éditée par le Centre d’Histoire des Techniques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les éditeurs d’e-Phaïstos ont choisi de mettre l’accent sur la jeune recherche, sur l’ouverture à toutes les disciplines SHS travaillant sur les techniques et la technologie, et enfin sur l’ouverture à l’international.


Liens vers les numéros d’e-Phaïstos

e-Phaïstos, Volume I, n°1, Juin 2012

 

À propos du carnet TempTech

Le carnet TempTech accompagne le projet pédagogique TempTech. Ce projet pédagogique, porté par le réseau « Penser la technique en société » et soutenu par le programme Paris nouveaux mondes dans le cadre de l’AAP pédagogique, s’adresse en priorité aux jeunes chercheurs, masterants, post masters, doctorants. TempTech se propose d’améliorer la circulation des idées et concepts, travaux de terrain, expérimentations et approches méthodologiques, développées dans les diverses formations du réseau : master Histoire des sciences – Histoire des techniques et master Socio-anthropologie des techniques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master Créateur industriel de l’ENSCI, séminaire Histoire et pratiques des transformations du cadre bâti de l’axe architecture et culture technique de La Villette, séminaire de recherche sur les Ingénieurs de l’EHESS, séminaire de recherche Médiation des techniques et des sciences du CNAM. Il s’agit de partager les hypothèses de travail sur des objets communs mais diversement abordés dans le cadre disciplinaire ; d’avancer dans la co-activité indispensable à l’élaboration des projets de recherche dans le cadre d’appels, dont la pluridisciplinarité est un requis absolu (ANR Sociétés innovantes, projets HeSam Université….). Le carnet TempTech est un outil indispensable pour permettre la ré-information pluridisciplinaire sur des objets qui le sont par définition.

Mettre le temps en question

Notre travail interdisciplinaire procède d’un questionnement sur la temporalité des objets techniques. Les innovations techniques s’inscrivent dans le temps historique des sociétés et des cycles économiques tout en mobilisant des forces et des matériaux tirés de la nature. Comment les temporalités propres à chacun de ces domaines – nature, technique et société – interfèrent-elles ? Cette question oblige à croiser l’histoire, la philosophie et la socio-anthropologie des techniques avec les théories de la conception, l’étude du design ou de la conception des innovations ou encore celle de la formation des ingénieurs et des experts.

On parle de « développement durable », de « transition énergétique », d’ « innovation de rupture », d’« énergies renouvelables », d’« économie circulaire », de « temps réel », de « traces numériques »… Chacune de ces expressions à la mode engagent une référence au temps. Mais de quel temps s’agit-il ? Comment faire se rejoindre les concepts d’innovation, assimilé depuis Francis Bacon à une idée de rupture, et celui de soutenabilité, fondé, en son principe, sur l’agencement du continu et la préservation du durable ? Que faire du concept de « conception de l’inconnu » que développent les théories de la conception et les professionnels de l’innovation ? Comment concilier la temporalité de l’innovation et celle du maintien dans l’existence des objets et des systèmes techniques (maintenance, préservation du patrimoine, recyclage), la capacité de nos sociétés à se réinventer et l’entretien du fonctionnement du monde commun ?

Les techniques s’enracinent dans des durées très hétérogènes et contribuent à leur tour à projeter de nouvelles durées (récits évolutionnistes, imaginaires de science-fiction, nouveaux média, feuilles de route, promesses, attentes, craintes, espérances) qui remodèlent l’expérience subjective et collective du temps. Les techniques contemporaines nous confrontent souvent à des objets qui chevauchent les échelles de temps : inscrits dans le présent – et même pour la plupart dans le jetable et l’éphémère – ils persistent néanmoins dans l’existence bien au-delà des projets de leurs concepteurs. Simultanément, de nombreux usages de techniques anciennes perdurent et cohabitent avec les formes nouvelles. Le monde contemporain apparaît ainsi davantage comme un palimpseste de temps multiples que comme le produit d’un front d’innovation allant sans cesse de l’avant.

Il s’agit donc d’étudier les techniques sous l’angle de la multiplicité des échelles et des figures du temps dont participe leur inscription dans le monde. Les objets techniques constituent en effet des points de tangence entre des temporalités multiples, historiques, socioculturelles et naturelles (des rythmes du corps aux cycles de la Terre). Les ingénieurs, les concepteurs et les designers sont confrontés à l’accélération – technique comme culturelle – de l’obsolescence, tandis que nos actes et de nos choix techniques déploient leurs conséquences de plus en plus loin dans le temps (épuisement des ressources, changement climatique, durée des déchets, transformations anthropologiques à long terme). Le renouvellement tous les cinq ans des logiciels et des supports matériels de lecture met en péril la mémoire des individus, des institutions et des États (comme l’a montré le cas célèbre des archives illisibles de la NASA). Dans quelle durée civilisationnelle s’inscrivent de tels artéfacts ? Avec l’essor du « big data » ou encore de la médecine génomique, nos sociétés projettent de plus en plus leur futur dans des traces. Le futur, en tant qu’horizon à la fois désiré et obligé des temporalités humaines, individuelles et sociétales, revêt ainsi des représentations contradictoires – éternel présent dans le cas de la soutenablité, éternel remaniement dans le cas de la conception innovante.

Pour penser l’innovation dans la durée, il faut donc accepter de mettre le temps en question, de s’interroger sur la dynamique temporelle des innovations, de la conception et de la construction des objets, tout comme sur leur durabilité sous ses multiples formes : durabilité des ressources, durée de vie et d’usage, et du devenir des objets après le temps de leur usage.

Les études des techniques, une tradition française à poursuivre

La France s’enorgueillit d’une longue tradition d’études des techniques illustrée par Abel Rey, Marc Bloch, Pierre Ducassé, André Leroi-Gouran, Georges Canguilhem, Gilbert Simondon, Bertrand Gille, Maurice Daumas, René Taton, et d’autres… Bousculant les partages disciplinaires, ils ont ouvert et développé ce champ de recherche à la Sorbonne, au CNAM, à l’EHESS, et formé plusieurs générations d’enseignants-chercheurs penseurs des techniques. Ces établissements, désormais regroupés au sein du PRES HeSam, abritent à côté des chercheurs confirmés, réputés et connus internationalement dans ce domaine, de nombreux jeunes chercheurs pleins de promesses. L’ambition du projet TempTech, impulsé par deux équipes de l’Université Paris 1, l’Equipe d’Histoire des Techniques et le CETCOPRA (Centre d’études des techniques des connaissances et des pratiques), est de faire revivre cette tradition féconde de recherche en SHS en cristallisant les forces existantes au sein du PRES.

Il s’agit ainsi de réinstaurer une dynamique de réflexion pluri- et interdisciplinaire sur les techniques et la technologie associant les sciences humaines et sociales (histoire, socio-anthropologie, philosophie, sociologie, management…), le design, l’architecture, les Sciences de la conception et les Sciences pour l’ingénieur autour d’une problématique commune, les différentes temporalités des techniques.

À propos

Le carnet TempTech accompagne le projet pédagogique TempTech. Ce projet pédagogique, porté par le réseau « Penser la technique en société » et soutenu par le programme Paris nouveaux mondes dans le cadre de l’AAP pédagogique, s’adresse en priorité aux jeunes chercheurs, masterants, post masters, doctorants. TempTech se propose d’améliorer la circulation des idées et concepts, travaux de terrain, expérimentations et approches méthodologiques, développées dans les diverses formations du réseau : master Histoire des sciences – Histoire des techniques et master Socio-anthropologie des techniques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master Créateur industriel de l’ENSCI, séminaire Histoire et pratiques des transformations du cadre bâti de l’axe architecture et culture technique de La Villette, séminaire de recherche sur les Ingénieurs de l’EHESS, séminaire de recherche Médiation des techniques et des sciences du CNAM. Il s’agit de partager les hypothèses de travail sur des objets communs mais diversement abordés dans le cadre disciplinaire ; d’avancer dans la co-activité indispensable à l’élaboration des projets de recherche dans le cadre d’appels, dont la pluridisciplinarité est un requis absolu (ANR Sociétés innovantes, projets HeSam Université….). Le carnet TempTech est un outil indispensable pour permettre la ré-information pluridisciplinaire sur des objets qui le sont par définition.

TempTech

Les technologies posent des questions vives aux sociétés contemporaines. Il importe donc de développer une authentique pensée de la technique et de son inscription dans les temps des sociétés. Voilà pourquoi le réseau « Penser la technique en société » d’HeSam Université s’est doté d’outils communs de réflexion autour des thématiques partagées : durabilité des technologies, analyse des processus techniques, mises en récit de la technique, régimes de conception, de création et d’innovation, rôle de l’action dans l’élaboration des savoirs, relation technique-esthétique, fonction des expériences et des expérimentations, diffusion de la culture technique et industrielle. La confrontation des théories et des études de cas est indispensable pour réduire le cloisonnement et le silotage autour de ces objets cruciaux.
Trois axes sont privilégiés :

  1. Étude des acteurs et des protagonistes, construction des expertises. Mise en regard de la formation des ingénieurs et experts techniques avec l’étude de la puissance créatrice des designers (innovating by design) et artisans (lay knowledge, vernacular knowledge) ; étude des évolutions expertises et des techniques des acteurs « récepteurs » de la conception (consommateurs, usagers, lead-users, prescripteurs, critiques…) ; vieillissement des matériaux et des structures ; étude des dispositifs collectifs de conception (entreprise, écoles, laboratoires, studios…) ;
  2. Durabilité des objets : préservation, les diverses formes de l’obsolescence, régime normal des objets, obsolescence physique, culturelle et programmée ; qui posent de multiples problèmes aussi bien de conservation des objets, que de gestion des déchets ; dynamique de l’identité des objets ;
  3. Régimes de conception : ingenium et design, régimes de la pensée opératoire, conception innovante, dont il faut comprendre l’historicité pour démêler les dynamiques et temporalités propres dans les processus de conception, d’innovation.