Les études des techniques, une tradition française à poursuivre

La France s’enorgueillit d’une longue tradition d’études des techniques illustrée par Abel Rey, Marc Bloch, Pierre Ducassé, André Leroi-Gouran, Georges Canguilhem, Gilbert Simondon, Bertrand Gille, Maurice Daumas, René Taton, et d’autres… Bousculant les partages disciplinaires, ils ont ouvert et développé ce champ de recherche à la Sorbonne, au CNAM, à l’EHESS, et formé plusieurs générations d’enseignants-chercheurs penseurs des techniques. Ces établissements, désormais regroupés au sein du PRES HeSam, abritent à côté des chercheurs confirmés, réputés et connus internationalement dans ce domaine, de nombreux jeunes chercheurs pleins de promesses. L’ambition du projet TempTech, impulsé par deux équipes de l’Université Paris 1, l’Equipe d’Histoire des Techniques et le CETCOPRA (Centre d’études des techniques des connaissances et des pratiques), est de faire revivre cette tradition féconde de recherche en SHS en cristallisant les forces existantes au sein du PRES.

Il s’agit ainsi de réinstaurer une dynamique de réflexion pluri- et interdisciplinaire sur les techniques et la technologie associant les sciences humaines et sociales (histoire, socio-anthropologie, philosophie, sociologie, management…), le design, l’architecture, les Sciences de la conception et les Sciences pour l’ingénieur autour d’une problématique commune, les différentes temporalités des techniques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *